Relions-nous : le parlement des liens, l’an 1

Temps de lecture : 2 minutes

« Economie, politique, culture, éducation, éveil, environnement, art, santé, habitat, droit, toute élaboration politique déclinera son programme à partir des enfants. C’est ainsi qu’ils deviendront attentifs au vivant. Cessons de les penser comme des êtres à éduquer et reconnaissons-les comme des acteurs de notre monde. (…) En préservant ses capacités d’émerveillement on l’inscrit directement dans une génération où l’entraide est de plein droit. Nous n’avons plus le choix. »

La maison d’édition LLL (Les Liens qui Libèrent), qui édite depuis 2009 des essais en sciences humaines, a publié en juin dernier Relions-Nous : la constitution des liens- l’An 1. Formulé sous la forme d’un mode d’emploi adressé aux générations futures, l’ouvrage évite les discussions « de comptoir » sur la façon dont on aurait déjà pu changer le monde en un claquement de doigt depuis des années, par l’intervention du super héros « technocratie ». Au contraire, la maison d’édition fait intervenir les plus éminents scientifiques et spécialistes autour d’une trentaine de sujets d’actualité. Loin de se limiter à la critique, les intellectuels proposent chacun des solutions sous forme de loi, faisant du livre une constitution pour restaurer des liens en France.

Tous les chapitres s’articulent autour d’un thème social ou sociétal, d’enjeu contemporain majeur, tels que la démocratie, le climat ou la migration. Les rédacteurs commencent par expliquer où le lien est rompu pour ensuite proposer des solutions du renouement. Par exemple, Abdenour Bidar, philosophe spécialiste de l’islam, et Delphine Horvilleur, rabbin du mouvement juif libéral de France et l’une des première rabbin femme de France, écrivent conjointement une ode à la tolérance entre athées, agnostiques et croyants.

Soutenue par des partenaires renommés, la maison d’édition LLL se veut engagée aux côtés d’ATTAC (Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne), mais aussi de l’association « les économistes atterrés » contre l’«économisation du monde » et « l’individualisme exacerbé ». Une édition à découvrir pour sa singularité, que l’on apprécie son positionnement ou non.

📝 Inès Messaï